• +33 499 612 256
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

kaeXa, conception de bioprocédés environnementaux.

 

Un regard sur... 

Vigne tonneau verre                           L'activitéVITI-VINICOLE

Le vin dans le monde

Bien que le nombre de régions viticoles augmente année après année, seuls 10 pays produisent 80% du vin de la planète. 

La France, l'Italie et l'Espagne en produisent ensemble près de 50%. La liste des 10 plus grandes régions viticoles du monde est complétée par les Etats-Unis,  l’Argentine, le Chili, la Chine, l’Australie, l’Afrique du Sud, l'Allemagne et le Portugal.

La production de vin dans le monde en 2013

 

La production de vin génère un volume élevé de déchets et d’eaux usées.
Les eaux usées dans l'industrie du vin sont  principalement produites lors du nettoyage du matériel et des machines qui entrent en contact avec les matières premières ou avec les produits utilisés dans les différents processus : cuves, presses, trémies de réception, égrappoirs, pompes, tuyaux, filtres, cuves de fermentation, tonneaux et bouteilles ainsi que lors des déversements accidentels qui se produisent pendant les nombreux transferts effectués dans le cadre du processus de vinification.

La quantité et les caractéristiques des effluents produits diffèrent selon les périodes de vendange, de vinification ou de conditionnement (Embouteillage, BIB…).

Cycle de l'eau dans les vignes 

 

Viti op

 

CADRE REGLEMENTAIRE

 Traitement des effluents
La gestion des effluents (phytosanitaires, fonds de cuves dilués, eaux de rinçage externes, effluents des systèmes de traitement) est règlementée par l’Arrêté du 12 septembre 2006 - Version consolidée au 10 mai 2010.
Ainsi sont règlementés :
          - L’épandage ou les rejets vers les réseaux.
          - Le rinçage et l’épandage des fonds de cuve (pulvérisateur) à la parcelle.
          - La gestion des effluents en tant que déchets par un centre de traitement spécialisé.
 Traitement des déchets
Les déchets solides, tels que les emballages de produits phytosanitaires (produits visés à l’Article L253-1 du code rural) et des engrais, suivent une filière spécifique de traitement de Déchets dangereux pris en charge par un prestataire agrée.
Les déchets solides organiques sont valorisés (Méthanisation, épandage, compostage... ).
Les déchets liquides contenant des résidus de produits doivent être stockés et suivent également la filière de déchets dangereux (Centre spécialisé).

 

 

Cycle de l'eau dans la production

L’activité des caves ou chais concerne l’assemblage et la maturation et, l’embouteillage de leur production.

 

Vini op

 

CADRE REGLEMENTAIRE

La règlementation est appliquée aux caves vinicoles selon leur capacité de production.

 CAPACITE DE PRODUCTION REGIME  REFERENCE REGLEMENTAIRE
 Inférieure à 500 hl  -

 Loi sur l'eau, règlement sanitaire départemental.

 De 500 à 20 000 hl  ICPE* soumise à déclation  Arrêté ministériel type du 15 mars 1999
 Supérieure à 20 000 hl  ICPE* soumise à autorisation  Arrêté ministériel du 3 mai 2000

                            *ICPE : installation classée pour la protection de l'environnement

 tri dang dech      

 

Traitement des déchets

Les déchets solides issus de la filtration et du détartrage, suivent une filière spécifique (déchets dangereux pour le tarte réslduel).

Les déchets liquides issus du circuit de refroidissement (Si additif), ainsi que les solutions de détartrage usées, suivent également la fillère de déchets dangereux.

La plupart des autres déchets peuvent soit, pour les déchets organiques, suivre une filière de valorisation (Méthanisation,...),soit être recyclés (Verre, carton, bois à lexception des palettes en bois traité,...).

 

Eaux usées, effluents
Les vendanges, la vinification

Environ la moitié de toutes les eaux usées produites tout au long de l'année est produite au cours de cette période qui dure généralement de 2 à 6 semaines. De plus, ces eaux usées présentent également la charge la plus élevée de polluants. Cette charge est générée après le pressurage des raisins, lors du nettoyage du matériel utilisé et à la suite de déversements accidentels. La DCO (Demande Chimique en Oxygène) pour cet effluent est de l'ordre de 20 000 à 25 000 mg O2 / L.

Les eaux usées sont aussi générées lors du nettoyage des cuves de maturation et de de fermentation du vin. En outre, le vin est clarifié à froid avant l'embouteillage et les sédiments sont généralement séparés et concentrés par filtration ou centrifugation, générant ainsi un déchet solide et un effluent liquide. De même, les eaux usées sont générées lorsque les cristaux de bitartrate de potassium adhérant aux parois des cuves sont nettoyés à l'aide de soude. Ces effluents ont un pH très élevé.

  cuve vin 

Embouteillage

Les eaux usées générés lors de ce processus proviennent, selon le cas, du lavage des bouteilles, du nettoyage et de la désinfection des circuits et des équipements au début et à la fin de chaque journée de travail. Ces eaux usées ont une charge polluante relativement plus basse.

Conclusion

Les effluents générés dans ce type d'industrie contiennent une charge élevée de polluants, signifiant ainsi qu'ils ne peuvent pas être rejetés sans traitement préalable approprié. En général, ils contiennent une charge organique (DCO) de 6 000 à 12 000 mg O2/L en moyenne, due principalement à la présence d'éthanol, d’acides organiques et/ou de sucres. Ils ont un pH acide (entre 4,5 et 5,5), sont pauvres en nutriments (azote et phosphore), les concentrations de matières solides en suspension sont modérées et ils contiennent des polyphénols, des tartrates, etc. A l'exception des polyphénols, la plupart de ces composés sont biodégradables.

Comme ces eaux usées sont produites par les procédés de lavage et les déversements accidentels, leur production et leurs caractéristiques varient considérablement avec la période de l'année et l'opération qui en est à l'origine. Typiquement, l'effluent de ce type d'industrie est très saisonnier et variable en termes de débit et de composition.

Compte tenu de ces caractéristiques de production des eaux usées des caves, au moment de décider du type de traitement approprié, il convient de noter que la première étape devra être l'analyse des différents effluents concernés au cas par cas afin d’évaluer comment leur production peut être diminuée.
En effet, en fonction de divers facteurs, tels que la taille des installations, le volume de production, les méthodes de nettoyage et de leurs coûts, etc… il est considéré que l’activité de vinification consomme entre 1 et 6 litres d'eau pour chaque litre de vin produit. Par conséquent, la réduction la plus élevée possible dans les flux générés (en minimisant les déversements accidentels, la mise en œuvre de nettoyage à sec chaque fois que possible, de procéder au nettoyage à haute pression lorsque le nettoyage à sec est impossible, etc.) est essentielle pour minimiser les coûts de fonctionnement du système de traitement des eaux usées.

Traitement des effluents

Comme vu précédemment, de part l'activité partagée entre les deux périodes significatives, vendanges et hors vendanges, les principaux critères (Volume et charge polluante) des effluents sont soumis à de fortes fluctuations.

En réponse, kaeXa propose deux approches techniques différentes dépendantes de la contrainte supplémentaire imposée par le contexte environnemental.

Filières de traitement

 filires de traitement

 

Espace disponible à discrétion

 

fleche verte

 PROCEDE DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE SEQUENTIEL

Procédé à haut rendement épuratoire, eXaBatch développé par kaeXa, repose sur la technique dite RBS (Réacteur Batch Séquentiel).

   
Peu d'espace disponible  

fleche verte

 TECHNIQUE DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE SUR CULTURE FIXEE

Compacte, ne nécessitant que peu d'espace, cette technique permet une bonne intégration dans un environnement protégé.

Elle s'accompagne d'un traitement de finition dans le cas d'un rejet en milieu naturel.